28.8.07

...



Tard dans la vie
je pourrai m'absenter sur un banc
la douleur en moins
J'éteindrai le feu
des passions qui ont écourté le voyage
J'arrêterai la litanie
des questions vieilles avec les réponses
Je tatouerai sur ma paume
mon dernier petit poème d'amour
et je m'endormirai
du sommeil délicieux
de l'arbre .


Abdellatif Laâbi, Poèmes périssables, (Paris, La Différence, 2000).

Sem comentários: