17.5.06

"La vie des images"

Arrivé à cette ancienne ville, pour la première fois, je jette un regard satisfait sur un royaume qui déjà m’attire . En cheminant dans le brouillard, son sortilège, bercé par la musique de l’accordéon m’enchante sans rémission.

Dans le clair-obscur de l’aube, la muraille semble une ombre chinoise qui protége le premier métro sur le pont, séduisante mélange du passé et de l’avenir. Il y a quelque chose dans l’air, ce matin, un sentiment d’allégresse. À chaque pas une chance redonnée, une ivresse de l’œil. Tout recommence dans ces ombres allongés…

La mélancolie d’une plage déserte qu’un éclat de lumière parfois attiédisse, m’attend, je ne veux pas le fuir.

Je flâne. Le cristal de mon regard flotte au long des ponts, glisse sur l’eau lumière, joue avec les ombres et les transparences, je dessine une autoroute vers le ciel. Ce sont des images en vol, cadeaux qu’on n’attends pas, je cueille les images et je suis cueilli par elles.

Sem comentários: