22.9.07

Confidentielles.com # 60: ça n'a pas de sens

Comme il m'en vient des souvenirs de voyage sous l'impression des photos. Qu'ils sont exquis les souvenirs de ces jours déjà lointains . En confiant au blog ces futiles remembrances, j'ai conscience d'accomplir un acte qui n'a pas de sens ...
je venais fraîchement d'arriver à Paris et un des premiers évenements que j'ai vécu fut la mort d'un oiseau au boulevard Voltaire ... expérience qui m'a conduite au Père Lachaise. Ce matin là, je me sentais dans un état d'âme
flottant ...


Dans le cemitière je me suis promenée parmis les tombes désertes de Brillat de Savarin et de Pierre Bourdieu, j'ai pensée que même les morts célèbres deviennent inconnus dans le labyrinthe des tombeaux et des escaliers. Mais, voilà le tombeau de Delacroix entouré de touristes qui écoutaient son guide ...

Comme
des nuées les noms de Rilke, Ferré, Allan Poe, Antero de Quental - poète et philosophe portugais né à S.Miguel qui s'est suicidé - se creusaient dans ma mémoire, pendant que j'observais les tombes abandonnées et je me suis imaginée perdue dans la nuit, dans cette forêt funèbre, les portailles fermés ...
La mort, oui il m'arrive de la désirer, d'avoir envie d'un trépas chimérique: moi assise sur un banc de jardin, sous l'ombre d'un arbre, au bord de l'eau, je tourne la tête pour mieux écouter le murmure de l'eau qui coule et je plonge tout de suite dans la douceur du Grand Vide.

Je me souviens encore qu'avant la mort de l'oiseau, après sortir de la gare du nord avec mon sac rouge sur le dos, tandis que je cherchais l'adresse de l'hotel, un homme chauve, aux yeux d'un bleu sombre m'a dit des paroles assez bizarres et a voulu m'accompagner, je l'ai répondu que c'était impossible et je me suis dirigée vers la rue Lafayette. Après l'hotel je m'ai vue dans le Canal Saint Martin sans le savoir ...



À suivre ...

Sem comentários: