7.6.10

...



SILENCE DES VASIÈRES, puis
de l'herbe des berges.

Cette écluse encore. À la
tour au bourgeon, aspergé
de saumâtre, -
tu t'embouches

Devant toi, dans
les sporanges, géants rameurs,
siffle, comme si ahnaient là des mots, la faucille,
d'une brillance.

Paul Celan

Sem comentários: