6.3.13

Haute-Savoie

 
LE PROLOGUE DE ZARATHOUSTRA
1.
Lorsque Zarathoustra eut atteint sa trentième année, il
quitta sa patrie et le lac de sa patrie et s’en alla dans la
montagne. Là il jouit de son esprit et de sa solitude et ne
s’en lassa point durant dix années. Mais enfin son cœur se
transforma, – et un matin, se levant avec l’aurore, il
s’avança devant le soleil et lui parla ainsi :
« Ô grand astre ! Quel serait ton bonheur, si tu n’avais
pas ceux que tu éclaires ?
 
Friedrich Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra, (Paris, Mercure de France, 1903)
 

 

Sem comentários: