6.3.12



Que ce monde demeure!


I

Je redresse une branche
Qui s'est rompue. 
Les feuilles
Sont lourdes d'eau et d'ombre
Comme ce ciel, d'encore
Avant le jour. Ô terre,
Signes désaccordés, chemins épars,
Mais beauté, absolue beauté,
Beauté de fleuve,
Que ce monde demeure,
Malgré la mort!
Serrée contre la branche
L'olive grise.



Chez Yves Bonnefoy  nous  remarquons l'unité de l’être au monde, du je et du tu. Sa poésie se définit comme langage mis à l’épreuve de l’expérience, vérité vécue qui cherche à se direElle se situe dans l'horizon d’une poésie ontologique pensante: “Que ce monde demeure”  s’inscrit  dans la perspective ouverte par le vers de Hölderlin “L’homme habite poétiquement” commentée par Heidegger dans Approche de Hölderlin, “Hölderlin et l’essence de la poésie.”







II

Que ce monde demeure,
Que la feuille parfaite
Ourle à jamais dans l'arbre
L'imminence du fruit!
Que les huppes, le ciel
S'ouvrant, à l'aube,
S'envolent à jamais, de dessous le toit
De la grange vide,
Puis se posent, là-bas
Dans la légende,
Et tout est immobile
Une heure encore.




III

Que ce monde demeure!
Que l'absence, le mot
Ne soient qu'un, à jamais,
Dans la chose simple.
L'un à l'autre ce qu'est
La couleur à l'ombre,
L'or du fruit mûr à l'or
De la feuille sèche.
Et ne se dissociant
Qu'avec la mort
Comme brillance et eau quittent la main
Où fond la neige.















IV


Oh, que tant d'évidence
Ne cesse pas
Comme s'éteint le ciel
Dans la flaque sèche,
Que ce monde demeure
Tel que ce soir,
Que d'autres que nous prennent
Au fruit sans fin,
Que ce monde demeure,
Qu'entre, à jamais,
La poussière brillante du soir d'été
Dans la salle vide,
Et ruisselle à jamais
Sur le chemin
L'eau d'une heure de pluie
Dans la lumière.




V


Que ce monde demeure,
Que les mots ne soient pas
Un jour ces ossements
Gris, qu'auront becquetés,

Criant, se disputant,
Se dispersant,
Les oiseaux, notre nuit
Dans la lumière.

Que ce monde demeure
Comme cesse le temps
Quand on lave la plaie
De l'enfant qui pleure.



Et lorsque l'on revient
Dans la chambre sombre
On voit qu'il dort en paix,
Nuit, mais lumière.


 


Je dirais maintenant qu’il n’y a pas de réel et de surréel, l’un que structure et que surestime la science, et l’autre qui la déborde de ses caractères irrationnels, seulement perceptibles par l’œil sauvage - cela reviendrait à mépriser la table sur laquelle j’écris, la pierre informe dans les ravins, au profit du ménure-lyre - mais de la présence, parfois, face aux signifiés transitoires de la pensée conceptuelle.  Yves Bonnefoy, Entretiens sur la poésie,  “Entretien avec John E. Jackson”, (Paris, Gallimard 1980) pp. 73-74





VI


Bois, disait celle qui
S'était penchée,
Quand il pleurait, confiant,
Après sa chute.

Bois, et qu'ouvre ta main
Ma robe rouge,
Que consente ta bouche
À sa bonne fièvre.

De ton mal presque plus
Rien ne te brûle,
Bois de cette eau, qui est
L'esprit qui rêve.




VII

Terre, qui vint à nous
Les yeux fermés
Comme pour demander
Qu'une main la guide.
Elle dirait: nos voix
Qui se prennent au rien
L'une de l'autre soient
Notre suffisance.
Nos corps tentent le gué
D'un temps plus large,
Nos mains ne sachent rien
De l'autre rive.
L'enfant naisse du rien
Du haut du fleuve
Et passe, dans le rien,
De barque en barque.

VIII

Et encore: l'été
N'aura qu'une heure
Mais la nôtre soit vaste
Comme le fleuve.
Car c' est dans le désir
Et non le temps
Qu'a puissance l'oubli
Et que mort travaille,
Et vois, mon sein est nu
Dans la lumière
Dont les peintures sombres, indéchiffrées,
Passent rapides.



Yves Bonnefoy, Les Planches Courbes, Gallimard, 2006, pp.25-29

Sem comentários: