10.11.10

Tournez, tournez ...












Chevaux de bois

Tournez, tournez, bons chevaux de bois,
Tournez cent tours, tournez mille tours,
Tournez souvent et tournez toujours,
Tournez, tournez au son des hautbois.

Le gros soldat, la plus grosse bonne
Sont sur vos dos comme dans leur chambre,
Car en ce jour au bois de la Cambre
Les maîtres sont tous deux en personne.

Tournez, tournez, chevaux de leur cœur,
Tandis qu'autour de tous vos tournois
Clignote l'œil du filou sournois,
Tournez au son du piston vainqueur.

C'est ravissant comme ça vous saoule
D'aller ainsi dans ce cirque bête :
Bien dans le ventre et mal dans la tête,
Du mal en masse et du bien en foule.

Tournez, tournez sans qu'il soit besoin
D'user jamais de nuls éperons
Pour commander à vos galops ronds,
Tournez, tournez, sans espoir de foin.

Et dépêchez, chevaux de leur âme
Déjà voici que la nuit qui tombe
Va réunir pigeon et colombe
Loin de la foire et loin de madame.

Tournez, tournez! le ciel en velours
D'astres en or se vêt lentement.
Voici partir l'amante et l'amant.
Tournez au son joyeux des tambours!


Verlaine, Champ de foire de Saint-Gilles, août 1872.

( Romances sans paroles, 1874)

9.11.10

Rainy days





La pluie est le mot de passe de ceux qui ont le goût pour une certaine suspension du monde. Dire que l’on aime la pluie, c’est affirmer une différence.

(...)

La pluie confirme mes sentiments. Certains amours ne lui ont pas résisté; leurs couleurs mal fixées ont été délavées. La pluie agit tel le révélateur du photographe qui, sous la lumière rouge, porte l'image à la vie. Elle achève la cristallisation.
(...)
La pluie est le dernier moyen que la Nature a trouvé pour se manifester dans nos villes. Le chêne n'enjambe pas les buildings, le caribou se ferait écraser sur l'autoroute et la cigogne désespère de construire son nid sur les poteaux électriques. La pluie est l'ambassadrice du végétal, de l'animal et du minéral auprès de notre civilisation ; elle défend leurs intérêts et, si les offenses se font trop importantes, les venge.
(...)
La pluie accompagne la gravitation, et la dessine. La chute est, au même titre que la fractale, une forme que l'on trouve partout dans la nature. Il suffit d'observer: de nos dents de lait à la pomme de Newton, tout tombe.
Un jour, les astrophysiciens découvriront l'évidence: la pluie, en tombant sur la Terre, la pousse et la fait tourner. Elle est responsable de la rotation du globe terrestre sur lui-même et autour du Soleil.


Martin Page, De la Pluie, (Ramsay, 2007),pp. 15,17, 79.

8.11.10

Crépuscule du soir mystique



Crépuscule du soir mystique

Le Souvenir avec le Crépuscule
Rougeoie et tremble à l'ardent horizon

De l'Espérance en flamme qui recule
Et s'agrandit ainsi qu'une cloison

Mystérieuse où mainte floraison
-
Dahlia, lys, tulipe et renoncule -

S'élance autour d'un treillis, et circule
Parmi la maladive exhalaison

De parfums lourds et chauds, dont le poison
-
Dahlia, lys, tulipe et renoncule -

Noyant mes sens, mon âme et ma raison,

Mêle dans une immense pâmoison

Le Souvenir avec le Crépuscule.

Paul Verlaine


Irène Regina Poldowski, née Wieniawski



Irène Regina Poldowski

3.11.10

Mallarmé - Debussy



Soupir

Mon âme vers ton front où rêve, ô calme soeur,
Un automne jonché de taches de rousseur,
Et vers le ciel errant de ton oeil angélique,
Monte, comme dans un jardin mélancolique,
Fidèle, un blanc jet d'eau soupire vers l'Azur!
- Vers l'Azur attendri d'octobre pâle et pur
Qui mire aux grands bassins sa langueur infinie,
Et laisse sur l'eau morte où la fauve agonie
Des feuilles erre au vent et creuse un froid sillon,
Se traîner le soleil jaune d'un long rayon.


Stéphane Mallarmé (1864)





Debussy, Mélodies

"The tonal scheme of Soupir organizes all the elements that punctuate the poem: distintive accompanimentl motives, carefully chosen note durations and melodic contours. The puntuation of a poem is one of the most basic functions of a song setting, in a poem with the gramatical complexity of Soupir it is also one of the most important."
Arthur B. Wenk, Claude Debussy and the Poets, (University of California Press, 1976)



Mariannem Wheeldon, Debussy's "Soupir": An Experiment in Permutational AnalysisPerspectives of New Music, June 22, 2000 .